Je sais que je suis une militante de l’alimentation à base de plante et que je peux être intense parfois.  Mais mon but avec cet article n’est pas d’essayer de vous convaincre d’adopter un mode de vie végétarien ou végétalien.  Et ce n’est surtout pas de partir un de ces interminables débats sur le sujet.  Quand on parle des bienfaits du végétarisme, les gens sont souvent portés à argumenter et embarquer dans un débat (végétarisme vs manger de la viande) et je trouve ça vraiment ennuyeux et vide.  Comment peut-on débattre d’un mode d’alimentation qu’on n’a jamais expérimenté ? Je partage l’opinion d’Albert Einstein qui disait : « L’expérience est la seule source de savoir. » Et même Jules César aurait dit : « L’expérience, voilà le maître de toutes choses. » Alors si quelqu’un a fait l’expérience du végétarisme pour au moins quelques mois, là on peut discuter.  Sinon, le débat sera stérile. Mais bref, le but de cet article aujourd’hui, c’est que je réalise de plus en plus une triste réalité… Non pas triste pour moi, mais triste pour plusieurs qui sont de grands consommateurs de viande.

 

Est-ce que les gens seront forcés de cesser de manger de la viande dans l’avenir ? Parce qu’on s’en va de plus en plus vers cette réalité… malheureusement ou heureusement… c’est selon.  Non pas parce que la population est de plus en plus malade et que de réduire notre consommation de viande fait partie des recommandations nutritionnelles pour prévenir et même traiter les problématiques de santé.  Bientôt, 70% du budget en santé sera employé à traiter la maladie.  Nous avons cette tendance à mettre notre santé entre les mains de tierces personnes au lieu de se responsabiliser et de se prendre en main nous-mêmes !  Notamment en intégrant plus de végétaux à notre menu.

 

L’industrie de la viande est rendue immense et un lobby très puissant.  Maintenant la plupart des pays qui deviennent américanisés se mettent à manger beaucoup plus de viande que leurs habitudes culturelles, et on s’en va vers une demande grandissante qu’on ne pourra bientôt plus fournir.

 

Il faut beaucoup trop d’eau pour produire un steak ! Voilà où le bât blesse.  Et étant donné que la naturopathie, l’alimentation et le véganisme sont des sujets qui me passionnent, je m’intéresse beaucoup au phénomène et j’ai lu des récentes études qui ont été faites où d’éminents spécialistes de l’eau affirment que la population humaine devrait passer à un régime alimentaire presque entièrement végétarien d’ici 2050, pour éviter des pénuries mondiales catastrophiques de nourriture et d’eau.

 

Il n’y aura plus assez d’eau disponible pour produire de la nourriture pour les 9 milliards d’habitants prévus sur la planète d’ici 2050, si on suit la tendance actuelle.  Alors selon leurs prédictions, il devrait y avoir juste assez d’eau pour que les humains tirent seulement 5% de leurs calories des aliments d’origine animale (toujours en 2050), au lieu des 20% de calories qu’ils tirent en ce moment de la viande, des œufs et des produits laitiers.

 

Les bovins qu’on élève pour leur viande, eux consomment une ÉNORME quantité de grains, et toutes ces céréales nécessitent beaucoup d’eau à produire.  Au delà du gaspillage d’eau, cette production de céréales pourrait servir à nourrir les êtres humains !!!  Il serait possible de réduire considérablement le problème de famine dans le monde si on donnait cette nourriture-là aux humains directement plutôt qu’à des animaux d’élevage qui n’existeraient pas si ce n’était de l’élevage de masse.  Je tiens à préciser pour certains qui n’ont pas tout à fait compris comment l’industrie de la viande fonctionne ; ces naissances sont créées par l’homme et non pas par le merveilleux cycle de la vie… ! Parce qu’il arrive souvent, lors de ces fameux débats stériles dont je parlais, que quelqu’un me lance : « Oui mais Amélie, si on ne mangeait plus les animaux, il y en aurait beaucoup trop ! »  Eeeeeeeee…. aie-je vraiment besoin de répliquer à ça ?

 

Bref, pour éviter des pénuries d’eau et de nourriture, les gens vont vraiment devoir réduire leur consommation de viande….

 

C’est sûr que les gros « carnivores » vont dire : « Moi j’arrêterai jamais d’en manger, j’aime trop ça, j’suis accroc,… » ou peu importe.  Mais la population sera vraiment forcée d’en manger beaucoup, beaucoup moins, selon les experts.  Et la viande sera de plus en plus réservée aux riches, étant donné les prix qui vont gonfler considérablement.  La viande accessible à tous, on n’en a plus pour longtemps.

 

En fait, la consommation de viande à grande échelle est relativement récente.  Il y à peine 60 – 70 ans, c’était encore un luxe d’avoir un morceau de viande au menu. On va de plus en plus revenir à l’époque où il y avait un poulet sur la table pour le souper du dimanche et que c’était un événement spécial !

 

Selon la futurologue spécialiste de l’alimentation Morgaine Gaye, dans le Le Huff Post, « nous avons d’ores et déjà atteint le pic de production de viande, son prix augmente sans cesse, la valeur de ce produit sera donc amenée à changer. »

 

Au 18e siècle, la viande était réservée à l’Aristocratie.  Et les pauvres eux étaient forcés de manger une alimentation à base de plante.  Mais qui étaient les plus forts vous pensez ? Les riches eux avaient des maladies de mangeurs de viande et de buveurs d’alcool, notamment la goutte, qu’on appelait « la maladie des rois » ou « la maladie des riches »  La goutte est en fait une forme d’arthrite très douloureuse : c’est une inflammation des articulations, causée par un excès d’acide urique dans le sang qui se dépose graduellement dans les articulations sous forme de cristaux et touche le gros orteil dans la plupart des cas.   Ce sont les riches seulement qui avaient les moyens de se payer ces repas copieux et ces excès alimentaires, surtout de protéine animale.  Aujourd’hui, une grande consommation de viande n’est plus seulement liée à la goutte, mais également aux maladies cardiovasculaires, diabète, fibromyalgie, hypertension, cancer, obésité, etc.

 

En fait, on ne pourrait jamais imaginer ça, mais la consommation de viande est déjà en déclin aux États-Unis. Il a atteint son plus fort en 2007. Les Américains ont mangé collectivement 55 milliards de livres de viande cette année-là.  Cette année, la consommation va s’élever à environ 52 milliards de livres.  Et c’est justement le bœuf qui a le plus baissé.

 

La production de viande contribue grandement aux émissions de gaz à effet de serre et donc évidemment au réchauffement climatique. Mais la principale raison pourquoi la consommation de viande a diminué c’est la hausse du prix de la viande, en particulier du bœuf. Et ça, ça reflète le prix croissant du maïs qui est utilisé pour nourrir le bétail.

 

Alors finalement, on peut en conclure que l’alimentation du futur, c’est une alimentation à base de plante.  Et moi je l’ai toujours dit : être vegan, c’est être avant-gardiste.  Voilà !

 

Sans nécessairement ne plus consommer aucun produit animal, le but est de diminuer considérablement.  Une fois par semaine, pourrait être amplement suffisant.  Point de vue nutritionnel, les gens croient encore à tort qu’ils ont besoin de viande comme source de protéines.  Les fameuses protéines !  Je l’ai déjà dit et je le répète, on n’a pas besoin de tant de protéines ! Et n’ayez pas peur d’en manquer; il y en a partout, pas seulement dans les produits animaux. Les MACRONUTRIMENTS (protéines, lipides et glucides), c’est quasi impossible d’en manquer dans notre alimentation nord-américaine, à moins de souffrir d’anorexie avancée.  Ils sont fondamentaux, oui, mais notre attention devrait plutôt être portée sur les MICRONUTRIMENTS dont il est beaucoup plus facile de développer des carences:  le magnésium, potassium, sodium, calcium, zinc, fer, phosphore, etc…. C’est ça qui compte vraiment !  C’est ça qui nous nourrit et qui contre l’inflammation dans le corps.  C’est ce qui nous alcalinise.  C’est ce qui nous permet de bien nourrir nos cellules et de combattre la maladie !  C’est ce que les plantes prennent dans le sol et transforme en minéraux organiques, vivants et biodisponibles pour la consommation des humains et des animaux.  Quand vous mangez de la viande morte, il n’y a plus rien de vivant là-dedans.  Il faut de plus en plus aller vers une alimentation vivante, remplie de vitalité et d’énergie électromagnétique.  Cessons de penser en termes de macronutriments et de calories… 500 calories d’un McDo n’équivalent absolument pas à 500 calories de pommes.  Le premier est mort et le deuxième est rempli de vie, de vitamines et de minéraux.  Pensez micronutriments !

 

Quand on croque dans une pomme, on mange de la vie…  Quand on mange une vache morte bourrée d’antibiotiques, qui vient d’un emballage à l’épicerie, rempli de produits chimiques pour masquer le fait que la viande est en putréfaction…. C’est mort… c’est un animal mort en putréfaction.  Alors ça vous donne une idée de ce que vous mangez :  la mort.  Êtes-vous des charognards ?

 

Je vous laisse sur cette magnifique réflexion.  Qu’est-ce qu’un charognard ? C’est un animal qui se nourrit de charogne, c’est-à-dire d’animaux morts qu’il n’a pas tués lui-même…

 

Sur ce, bon appétit ! 😛

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *