Site Overlay

La peur de ma vie en avion…!!!

 

Avertissement : SVP, veuillez ne pas lire si vous souffrez d’aviophobie ! LOL

J’écris présentement ces mots alors que je suis à 11887 mètres dans les airs, quelque part au-dessus de Anchorage en Alaska, à environ mi-chemin entre Shanghai et Montréal. Il est 13:30 à Montréal. Moi, je ne sais plus trop je suis quand, où, comment ou même qui…

Je n’ai jamais vu un aussi beau ciel par mon hublot; un genre de crépuscule ou est-ce que c’en est un? Il est quelle heure en ce moment au pôle Nord à Anchorage? C’est le lever du soleil sans aucun doute. Ce que je sais, c’est qu’un ciel mauve, rose et lilas comme celui-là, j’en ai jamais vu de plus beau. Du côté opposé par les hublots, on aperçoit une lune bleue, ronde et pleine, tellement puissante et intense que ça me prendrait des lunettes d’éclipses pour pouvoir l’admirer. Elle semble à côté de nous dans le ciel. Coup donc, est ce que c’est la lune ou le soleil? Les gens du hublot de l’autre côté ont tous l’air émerveillés et intrigués par le spectacle. On dirait qu’on est atterri et qu’il y a un gros spot d’éclairage à l’extérieur de l’avion, comme si on était sur un tournage cinématographique. On est dans une télé-réalité ou quoi? Ça semble surréel! Je jure que c’est un spectacle majestueux mais j’ai l’impression que je vais devenir aveugle si je le regarde trop longtemps. Ça ne peut pas être la lune, c’est beaucoup trop intense.  C’est sûr que c’est le soleil qui se prend pour la lune. Mais comment le soleil peut-il avoir l’air de ça; on dirait une pleine lune bleue qui aveugle comme si on avait un spot light en plein visage. Ça doit être magnifique le pôle nord…

L’avion est à moitié vide…. Non je vais dire à moitié plein! Soyons positifs! Pour un aussi gros avion et un aussi long vol (14 heures de Shanghai à Montréal), c’est quand même exceptionnel d’avoir aussi peu de passagers à bord. Je suis à bord d’un de ces Boeing 787 avec des rangées de 3 bancs de chaque côté et une rangée de 3 au milieu. Et la plupart des passagers, dont moi, ont leur rangée de 3 bancs à eux tout seuls. Pour ceux qui prennent souvent l’avion, vous savez que c’est comme de gagner la loterie des vols d’avion! Yeahhhhhhh une rangée de 3 juste à moi pour m’allonger et dormir presque comme dans un lit. Je dis bien « presque »! Mais ça fait quand même paraître ridicules ceux qui se sont payés un billet en première classe parce qu’ils sont sûrement moins biens installés que nous!

C’est beaucoup de nouveautés en un court laps de temps. Oui je viens juste de vivre une autre première fois; la première fois que j’ai eu aussi intensément peur en avion!

Je dois avoir pris 500 vols dans ma vie (bon ok… j’exagère à peine :P), et je ne suis pas particulièrement une fan de ce moyen de transport. Mais je n’ai pas vraiment peur. C’est tout simplement que je n’aime pas beaucoup les moyens transports en général ; ça me donne souvent mal au cœur. Je suis vierge, un signe de terre, et j’aime bien avoir les deux pieds sur le plancher des vaches ! En avion ou sur un bateau, je ne suis pas particulièrement fan. Gagner une croisière serait un genre de cadeau empoisonné pour moi. J’ai mal au cœur même sur les immenses traversiers. J’ai déjà fait du parapente et je faisais pratiquement semblant d’avoir du fun. En fait, j’avais la nausée tout le long et j’avais juste hâte de revenir les deux pieds sur terre. Je n’ai pas le vertige, j’ai juste le mal de l’air, de mer et même assise sur la banquette arrière d’une voiture, je ne suis pas à mon meilleur disons.

Mais bref, je n’ai pas peur! Je ne suis pas une grande peureuse moi. Une insécure chronique oui, mais pas si peureuse. C’est peut-être un peu paradoxal mon affaire….

Pourtant, il y a à peine une heure, j’étais sur le bord de la crise de panique. J’en ai jamais fait de ma vie, mais je peux m’imaginer, selon ce que les gens m’ont déjà décrit, qu’une crise de panique ou d’angoisse, ça doit ressembler à ca…

J’écoutais paisiblement mon film, « Passengers » avec Jennifer Lawrence et Chris Pratt, où à bord d’un vaisseau spatial, un passager se réveille 90 ans trop tôt, et plutôt que de vivre seul, il décide de réveiller une deuxième personne. Excellent film d’ailleurs. Mais à bord d’un avion, le parallèle est facile à faire entre la vulnérabilité d’un passager d’un vaisseau spatial qui flotte dans l’espace à des années lumières de la terre et moi qui est à des milliers de mètres d’altitude à bord d’un avion qui flotte dans les airs, défiant les lois gravitationnelles. J’essaie d’éviter d’y penser parce que lorsqu’on s’arrête vraiment à ça, c’est fou ce qu’on se sent impuissant et vulnérable en avion ! Il faut faire preuve d’une foi inébranlable. On laisse nos vies entre les mains d’un pilote qu’on ne connait ni d’Adam ni d’Ève, mais qu’on croit qu’il a la formation et les capacités de piloter cet avion. Mon Dieu, ça doit être le dernier métier au monde que je voudrais faire, juste après abatteur dans un abattoir et douanier.

Au moment où j’écris ces lignes, toutes les télés viennent de se fermer en même temps…. Un genre de problème technique… maudît qu’on aime ça ces affaires mystérieuses là en avion ! Surtout après ce qu’on vient de vivre.

Donc j’étais en train de regarder mon très bon film, quand une annonce du pilote retentit au micro. Mais avec une voix différente que les messages froids et insipides qu’on a l’habitude d’entendre du genre: « Mesdames et Messieurs, nous traversons présentement une zone de turbulence, veuillez retourner à vos sièges et attachez votre ceinture de sécurité, merci. »

Non cette fois, il y avait plus d’humanité dans sa voix. Un genre de complicité et de miséricorde, telle la voix du président dans un film apocalyptique, annonçant la fin du monde imminente avec plein de compassion et de force de caractère à la fois.

Le genre de ton de voix et de message un peu trop long que tu ne veux pas entendre d’un pilote en avion:

« Mesdames et Messieurs, nous voulons vous annoncer que nous allons traverser une zone de turbulence très sévère dans environ 10 minutes. »

J’ai particulièrement aimé l’emphase que le capitaine a mis sur le mot « TRÈS » sévère.

« C’est extrêmement rare que ça arrive une turbulence de cette ampleur. Nous voulons nous assurer que vous retourniez à vos sièges immédiatement et que vos ceintures sont bien bouclées. Nous aimerions aussi que vous vérifiez les gens à côté de vous, que leurs ceintures sont bien attachées aussi. Je demande à tous les agents de bord de vérifier les ceintures et d’aller immédiatement gagner leur place et attacher leur ceinture. 

Nous voulons vous rassurer que ça peut paraître effrayant mais que l’avion est solide et faite pour passer à travers des turbulences aussi sévères. Alors nous ne voulons pas que vous vous inquiétiez. On veut seulement s’assurer que tout le monde est bien attachés et en sécurité. »

Peut-être qu’en me lisant simplement comme ça, ça peut vous paraître banal. Je ne sais pas… Mais pour moi, ça équivalait à l’annonce de l’apocalypse. La fin était proche… De tous les vols de ma vie je n’avais jamais entendu un message aussi inquiétant en avion. Je n’avais pas peur que l’avion tombe ou quoi que ce soit. Je n’ai jamais entendu parler d’un crash d’avion à cause de turbulence… ? En fait j’aime mieux ne pas en entendre parler si c’est déjà arrivé !

J’ai toujours eu un peu peur de la turbulence en avion. La bonne grosse turbulence qui brasse là. Bon ok, je sais que j’ai dit plus haut que je n’ai pas peur de grand-chose dans la vie. Mais oui j’ai peur des sports extrêmes et de tout ce qui peut avoir des risques pour ma vie ou de me blesser. Je n’aime pas les gros high d’adrénaline, Je ne sais pas ce que les gens aiment là dedans. J’aime le calme et la sérénité ! Pas quand mon cœur bat à mille à l’heure, que j’ai des bouffées de chaleur et que je suis totalement impuissante aux réactions violentes de mon corps qui se croit entre la vie et la mort.

Et aussi j’ai peur de la turbulence ! Tsé quand ça brasse tellement qu’on a l’impression pendant une seconde ou deux que l’avion tombe dans le vide. Ce moment d’apesanteur me fait avoir des sueurs et je tremble de peur quand ça arrive. Mais ça, c’est lors d’une turbulence ordinaire où le pilote allume simplement la petite lumière qui dit d’attacher sa ceinture. On nous dit de retourner à nos sièges et voilà. Sans plus. On n’en fait pas tout un plat. Mais là….. même si le pilote semblait vouloir nous rassurer, ça ne marchait pas trop avec moi ; j’avais le cœur qui allait me sortir de la poitrine. Je me sentais chaude comme une femme en ménopause, moi qui a toujours froid. Je me sentais prisonnière de l’avion, prisonnière de mon corps. Si les petites turbulences inoffensives me faisaient cet effet violent et insupportable, qu’est-ce que je m’apprêtais à vivre dans 10 minutes??? Ça allait être l’enfer, non?

Je ne me sentais pas prête à vivre cette turbulence « sévère » et à vivre cette peur extrême imminente. La peur de la peur, quoi !  Assise devant mon film sur pause j’ai décidé de respirer profondément. J’avais tellement peur que la seule chose qui me semblait logique de faire, c’était de prier !!! Je me suis mise à prier Marie! Va savoir, jai toujours la réaction de prier Marie quand j’ai très peur. La Déesse Mère ; quoi de plus rassurant qu’une mère qui console son enfant.  Les moments de détresse comme ça sont toujours empreints de beaucoup de profondeur à quelque part…. Ainsi donc, je respirais et priais et j’ai décidé de lâcher prise sur ce qui allait arriver. Tout ira bien Amélie. C’est pas ton heure, c’est sûr!  Laisse aller et si t’as peur, t’as peur. Mais ait peur au bon moment et arrête d’anticiper.  Dans le moment présent, y’a rien qui se passe. Tout va bien.

Le pilote avait dit 10 minutes. Je voyais les agents de bord se presser tout en essayant d’avoir l’air calme (ou peut-être l’étaient-ils vraiment ?), vérifier nos ceintures, vérifier les armoires à bagages au-dessus de nous. Je regardais les gens autour de moi…. je fais toujours ça comme pour me rassurer qu’il n’y a rien là et que sera ok. Mais rien ne me rassurait. Les passagers autour de moi n’avaient pas l’air très zen non plus.

Un deuxième message du pilote annonçant encore la turbulence très sévère et nous rappelant que c’était extrêmement rare de passer ce genre de turbulence n’avait rien pour me rassurer. Pourquoi fallait que ça arrive??? J’avais hâte d’arriver à la maison, retrouver mon chum, mon chat, le confort de ma petite maisonnée. Mais là je devais gérer mes palpitations cardiaques qui s’emportaient. Et l’inconnu me faisait peur aussi.

Quand on a justement un problème de contrôle, devoir être dans l’attente de l’inconnu, c’est quelque chose d’insupportable. Maudît c’est pas l’fun avoir peur! Je ne comprends pas les gens qui s’infligent volontairement la peur et qui aiment ça. Vous êtes déviés ou quoi? 😛

J’essayais de méditer pour me calmer. Je vous salue MARIE pleine de grâce…. une prière c’est un peu comme une méditation, non? En fait, prier c’est parler à Dieu, et méditer c’est laisser Dieu nous parler. Si vous n’aimez pas le mot « Dieu », remplacez-le par ce que vous voulez: l’Univers, la Vie, l’Intelligence Universelle, l’Énergie, la Nature, Allah, Buddha, Krishna, Râ, Alouette!  En tous cas, là, j’avais juste besoin de me ressaisir et me recentrer, peu importe la façon!

Détrompez-vous, je ne suis pas religieuse. Pour moi, prier Marie n’a rien à voir avec le religion. C’est juste de se connecter avec l’Énergie féminine de la Mère Divine. Prenez le comme vous voulez!  Mais sans juger.  C’est si facile de juger quand on n’a jamais vécu l’expérience de « Dieu ». Parce que côté spiritualité, on ne peut pas expliquer ou tenter de comprendre de façon cartésienne. La spiritualité c’est une expérience. Ça ne s’explique pas, ça se vit !

Dans mon lâcher prise, le 10 minutes s’écoulaient. Le moment approchait. Tout le monde était assis, attaché et prêt.

La voix du pilote retentit de nouveau dans le haut-parleur:

« Mesdames et Messieurs, nous avons des bonnes nouvelles a vous annoncer; la tour de contrôle nous informe que selon la trajectoire de notre appareil, il serait possible que l’on évite la zone de turbulence. Nous vous invitons quand même à rester assis et attachés. »

J’avais l’impression qu’on venait de me ramener à la vie. Je respirais à nouveau! J’ai quand même attendu quelques minutes avant de m’emporter…. le temps a passé et pas de turbulence à part un peu de brassage sans plus. Rien d’inquiétant. La petite lumière de ceinture de sécurité s’est éteinte, comme en nous redonnant le droit de rêver! LOL Quel Bonheur de ne pas avoir eu à traverser ça! Quelle miracle même!

Je prends mon cellulaire et j’écris cet article dans mes « notes ».  Fallait que ça sorte. J’espère que ça sera intéressant à lire. En tous cas le vivre l’était moins…

J’essaie de photographier le ciel magnifique pour vous le montrer mais la médiocrité de la photo serait une insulte à sa divine beauté.  Je préfère vous laisser l’imaginer.  Comme un spectacle magnifique en récompense de ce qu’on venait de vivre.

Le soleil qui se prend pour la lune éclaire violemment l’autre côté de l’avion. Comme un spot light bleu trop intense qui illumine le ciel bleu-nuit. C’est mystérieux de voir un soleil briller si intensément dans ce qui semble être encore la nuit.

 

C’est épeurant des fois de flotter à 12000 mètres dans les airs. Mais c’est si beau et surréaliste à la fois!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *