Ok je l’admets, j’ai un p’tit côté bébé.  Un gros côté en fait!  Des fois quand on subit un choc émotif étant jeune enfant, on peut rester coincé avec l’intelligence émotionnelle associée à cet âge!  Bon alors, si on fait de la psychanalyse de biscuit chinois à 50 cents, mes parents ont divorcé quand j’avais 7 ans et ça pourrait m’avoir marqué…  Sans approfondir la thérapie, disons que j’ai dû ramer fort pour évoluer psychologiquement et émotionnellement parlant durant ma trentaine!  Je crois que j’avais un peu de mal à gérer les émotions et mon amour-propre.  Qu’à cela ne tienne, je ne fais qu’expliquer d’où vient ce petit côté « enfant », que je considère aujourd’hui comme une bénédiction et un de mes points forts.  Garder son côté enfant, c’est de rester connecté à l’instant présent, aux petits plaisirs de la vie.  C’est être authentique et vrai.  C’est de sortir du cadre, du moule, s’éloigner du troupeau… Vous voyez le tableau!

 

Bref, il y a quelques semaines, une amie dans le milieu qui possède une agence pour enfant m’a contactée pour une demande de casting:  une adulte qui pouvait faire une voix de petite fille de 7-8 ans pour une publicité sur les maladies du cœur.  J’ai trouvé ça étrange parce que ça faisait plusieurs années que je rêvais un jour de faire des voix d’enfants pour la télé.  J’en avais parlé juste aux gens très proche de moi.  Sans m’accrocher trop à ce but, j’avais lancé cette pensée dans l’air.  Mon amie n’était pas du tout au courant, alors je lui ai demandé pourquoi elle avait pensé à moi pour ça?  Elle m’a simplement répondu qu’elle avait eu l’intuition de me le demander et qu’elle s’est dit que vu que j’étais chanteuse, j’étais sûrement capable de contrôler mon timbre de voix et d’incarner une petite fille de 7 ans.  Évidemment, j’ai accepté avec plaisir.  Je n’avais pas à me déplacer pour une audition, je n’avais qu’à enregistrer le texte sur le dictaphone de mon iPhone et de le soumettre.

 

C’était pour une publicité en dessin animé où une petite fille raconte l’histoire de sa grand-maman qui a un problème avec son cœur et va voir le docteur.  Quand j’ai enregistré ma voix, mon chum qui m’entendait dans le sous-sol se demandait avec qui je parlais.  Mais qui était donc cette enfant dans la maison?  Il ne me reconnaissait même pas!

 

J’ai soumis mon audition vocale avec un total détachement; comme les artistes ont toujours un certain lâcher prise lors d’auditions puisque nous sommes parfaitement conscients que nous avons une chance sur une panoplie de candidatures.  Les joies du milieu artistique!  Aussitôt le bouton « send » cliqué sur mon courriel, je n’y ai plus jamais repensé.

 

Jusqu’à il y a quelques semaines où j’ai reçu un appel de la directrice de casting me demandant si c’était bien moi Amélie Paul.  J’ai répondu oui, évidemment!

 

– Directrice de casting : « La Amélie Paul qui a fait une audition récemment pour une voix de petite fille? »

– Amélie : « Oui c’est bien moi. »

– Directrice de casting : « T’es sûre? »

– Amélie : « …. Eeeeeeeeee……..   ???  …………  Oui je suis sûre…??? »

– Directrice de casting : « Écoute, tu as tellement convaincu le client, qu’il m’a demandé de te contacter pour s’assurer que c’était vraiment une adulte qui avait enregistré la voix! »

– Amélie : « HAHAHAHAHAHA!!!!!  Je confirme que c’était bien moi! »

 

Elle m’a dit alors qu’évidemment, c’est moi qui avait la gig!  J’étais tellement excitée !!! C’était le genre de contrat dont je rêvais de faire depuis longtemps. C’était de l’acting pur et dur mais en plein dans quelque chose qui était facile et naturel pour moi; me mettre dans la peau d’une enfant!  Pour une fois que je n’avais pas à être une fille sexy, à jouer les nunuches, les danseuses, les escortes ou peu importe le casting qui me colle à la peau mais qui ne me ressemble pas du tout!

 

En fait… dire que c’était facile est un bien grand mot!  L’enregistrement avait lieu la semaine dernière.  Je devais enregistrer la voix pour une pub télé de 30 secondes, une de 15 secondes et une publicité radio.  Toutes avec des petites subtilités différentes dans le texte et l’intonation.  J’ai soudainement un nouveau respect pour les artistes de doublage! WOW!  Je ne peux imaginer que des gens doublent un film d’animation au complet!

 

Le client sur place doit m’avoir fait répéter mon texte 200 fois de façon différente avec intonations, intentions, émotions différentes, accents toniques à tel ou tel endroit, on rajoute ce mot, on enlève tel autre mot; plus vite, moins vite, plus triste, moins triste, plus heureux, mais pas trop heureux.  Neutre au début de la phrase pour les 3 premiers mots et ensuite graduellement plus triste… Ensuite triste pour le premier souffle et graduellement plus heureuse… Ça a été tout un défi, mais ça a été des plus inspirant et instructif!  Et j’habitais totalement la petite fille de 7 ans, pas seulement dans la voix mais dans tout mon corps!  Avec mes petites mimiques et mes petites manies, je sautais parfois sur place en rendant mes répliques et je vous dis que je me laissais aller et toute l’équipe me trouvait très drôle!

 

À la fin de la session, une femme parmi les clients m’a dit : « Merci beaucoup d’avoir ensoleillé notre journée avec ton énergie de petite fille, ça a ajouter plus de légèreté à ce qu’on fait et ça a fait du bien ».

Tout le soleil était pour moi! 🙂

 

C’est la preuve que l’énergie de l’enfance est la plus vraie, la plus pure et la plus contagieuse, et c’est là que se cache le bonheur!

On ne perd pas notre coeur d’enfant parce qu’on vieillit, on vieillit parce qu’on perd notre coeur d’enfant…

 

Merci de votre lecture!  Si jamais vous voulez être avisé lorsque je publie un nouvel article, allez vous inscrire sur AmeliePaul.TV dans l’onglet BLOG.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *